Rencontre

 

Justine, se réveille, elle prend son sac si lourd et l'installe comme elle le peut sur ces épaules. Elle quitte sa maison avant de changer d'idée et que renaisse le soleil. Mais brillera t-il encore ? La nuit la recouvre de son manteau bleu, sans étoile, la lune est morte. Personne ne verra son départ. Personne...! Partir sans laisser de traces. Il est l'heure. Justine ce voyage tu dois l'entreprendre dignement, sans peur, sans honte, avec l'espoir que je te rencontrerais...!

Elle avance péniblement sur les chemins escarpés de cette montagne, dans la nuit, le souffle court, le dos courbé du poids de son sac, ses cheveux sont-ils gris? Quel âge a t-elle ? Chevelure dénaturée, décolorée. Elle s'arrête, fatigue dans la nuit, jette un long regard autour d'elle. A quoi pense t-elle ? Elle a laissé derrière elle sa maison bien rangée, bien propre, tout en ordre, pour rien au monde elle ne voudrait qu'un jour les gens puissent dire qu'elle est partie en laissant tout en désordre derrière elle. C'est important pour elle le regard des autres. Elle savait que sa maison ne serait pas seule, elle y a laissé la solitude son amie. La solitude elle la connaît bien, elle l'a accompagnée sans relâche pendant tant d'années. Ce matin, elle lui a dit adieu. Elle a eu le courage....Un acte volontaire, mûri, réfléchi. Elle continue son dur voyage.....en grenelant de la tête et prononçant des mots, elle parle seule " Dieu ! Oui Dieu ! Toi qui dit protéger les hommes....Je te délaisse, tu ne me sers plus à rien...! Elle soupire, son souffle de plus en plus court, son corps souffre de ses efforts pour escalader cette montagne, mais son coeur sourit. Elle avance sans bruit juste son souffle, elle n'est qu'une ombre dans la nuit, comme elle l'a toujours été dans sa vie. Elle s'arrête, et me regarde, nos regards se croisent sans que je lui pose la question, elle me répond "Je vais chercher ma mémoire" là haut tout en haut de cette montagne et mes "combats m'y attendent"

"Qui es-tu ?" - "Je suis moi, toi, toutes les larmes des femmes et des enfants"

"Que portes-tu dans ce sac si lourd pour toi ?" - "Leur souffrance et leurs larmes"

"Où vas-tu ainsi ? La montagne est trop haute pour toi ?" - " J'en ai escaladé déjà la moitié, celle de ma vie avec ses chemins pas un seul droit, ni facile"

"Crois-tu pouvoir arriver seule en sommet?" - "On verra bien"

 

Elle s'assoit regarde en haut "Il y a encore du chemin", puis se retourne, regarde le jour qui se lève et le chemin parcouru "la nuit est derrière en bas, la nuit de mon passé, encore un effort et en haut il y a ma mémoire qui m'attend, et je pourrais déposer mon sac et te le confier si tu veux, ma mémoire recouvrée, mon sac confié, je pourrais partir, pour ne plus revenir" Elle se leva, repris son sac et son chemin si dur, si pénible, si seule.

"Attends, dis moi qui es-tu ? Je dois savoir, puis-je venir avec toi ?" - "Je suis toi, je te l'ai dit"

Elle partit, sans que je comprenne vraiment ce que je devais faire....! 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright Chez Claudine - Le Soleil Blanc © 2007